Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

L’obsession conduit le sujet qui en est victime à ressentir en permanence des pensées qui se répètent à l’identique, à éprouver le besoin de refaire sans cesse les mêmes gestes comme en une sorte de rituel. Certaines personnes se lavent ainsi les mains des dizaines de fois dans la journée, d’autres sont obligées de suivre toujours un itinéraire identique et compliqué pour aller d’un lieu à un autre, d’autres encore ne peuvent accomplir aucune action sans la faire précéder de rituels compliqués et incompréhensibles pour l’entourage. On comprend à quel point cette pathologie peut entraver la vie quotidienne. Elle s’accompagne en général de traits de caractère particuliers : obsession de l’ordre, avarice, propreté excessive par peur des germes, …Ce trouble, qui commence souvent dans l’enfance ou à l’adolescence, touche environ 2 % de la population.

Dans ce cas l’anxiété n’est pas le signe le plus évident, elle est sous-jacente

Se laver les mains 50 fois par jour, vérifier la fermeture des robinets, ranger chaque soir pendant des heures ses chaussettes, … 2 à 4 % de la population serait concernée par des troubles obsessionnels compulsifs. La maladie commence le plus souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Elle est volontiers de tendance familiale.

Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) font partie des pathologies de l’anxiété. Les personnes qui en sont victimes sont confrontées à des pensées préoccupantes qui reviennent sans cesse (obsessions). Elles sont contraintes, pour les chasser ou les empêcher de survenir, de se livrer à des rituels particuliers (compulsions). Dans les TOC, il y a généralement l’association de deux composantes : une obsession et une compulsion.

Les obsessions sont des pensées, des idées ou des images qui font irruption dans la tête de manière récurrente et persistante. Elles s’imposent et se répètent sans laisser l’esprit en repos. Souvent les obsessions ont un contenu douloureux, inacceptable, dégoûtant ou anxiogène. La personne les trouve généralement absurdes et s’efforce de les chasser ou de les neutraliser mais la lutte et la résistance sont souvent inefficaces. Cela génère une anxiété et une détresse importante.

Liste des principales obsessions (“Les ennemis intérieurs” Dr Jean Cottraux)

  • Obsessions de contamination
    Ce sont des obsessions reliées à la saleté et aux microbes (germes). Cela peut être également un dégoût pour les déchets ou encore les sécrétions corporelles (urine, selles, salive, etc…).

    L’obsession peut se situer au niveau de la peur d’être contaminé par des éléments contaminants dans l’environnement tels que les radiations, l’amiante, les déchets toxiques ou tout autre produit de la maison: détergents, solvants etc…)

  • Obsessions  à thème agressif

    Les obsessions de ce type se situent au niveau de la peur de se faire du mal à soi-même ou aux autres (les blesser), peur d’agir sous une impulsion non voulue et ainsi pouvoir faire du mal à quelqu’un (il est à noter que les personnes ayant ce type d’obsession, ne passent jamais à l’acte, elles sont victimes de pensées intrusives).

  • Obsessions de collection et d’accumulation

    Ceci se traduit par un besoin excessif d’accumuler des objets sans valeur ou inutiles comme par exemple des déchets, du courrier sans valeur, etc …). Il est important de différencier ce type d’obsession et le collectionneur en tant que tel, la différence résidant dans le caractère parfois répugnant des objets amassés; même pour le sujet en question, ils ne représentent pas un objet de plaisir (par exemple: collectionner les ordures chez-soi).

  • Obsessions de d’ordre, symétrie et exactitude

    C’est la préoccupation concernant le fait que quelque chose de grave puisse arriver à quelqu’un d’autre, si les choses ne sont pas bien placées ou en ordre. Ces personnes ne peuvent passer à autre chose tant que les objets en question ne sont pas parfaitement bien placés. Elles doivent parfois tout recommencer plusieurs fois.

  • La lenteur obsessionnelle (procrastination)

    Ce type d’obsession amène d’interminables délibérations intérieures faisant en sorte que la personne qui en souffre se voit dans l’impossibilité de terminer une chose entreprise.

  • Les ruminations

    Il y a certaines personnes qui n’ont aucun rituel mais qui souffrent de ruminations intrusives ayant trait au doute, à la culpabilité, à l’horreur, au dégoût, etc …

  • Obsessions sexuelles

    Elles sont constituées de pensées que la personne qualifie d’interdites reliées à la sexualité (images perverses, etc …).

  • Obsessions religieuses

    C’est la préoccupation qui est reliée aux sacrilèges ou aux blasphèmes. Ce peut être relié à la notion du bien et du mal ou tout simplement à la moralité.

  • Obsessions du cancer et du sida

    Ces obsessions (assez fréquentes) se traduisent par des compulsions continuelles de vérifications auprès des médecins (spécialistes) et par des précautions excessives. On dit que ce type d’obsession est à la limite de l’hypocondrie (peur des maladies).

  • Evolution des Toc

    L’évolution spontanée, en l’absence de traitement adapté, des formes bien caractérisées est, à long terme, assez sévère. Même dans les formes chroniques, des fluctuations sont fréquentes : aggravation en période de stress, et, chez la femme, en période menstruelle, rémissions parfois durables lorsque le mode de vie change.

    Les patients doivent absolument essayer de résister à leurs rituels et obsessions. Pour cela, il leur faut agir progressivement, à leur propre rythme, s’ils ne veulent pas se décourager.

    Les patients sont souvent capables de cacher leurs rituels et leurs obsessions, même à ceux qui leur sont les plus proches. Peu importe si le rituel ou l’obsession vous paraît ridicule ou bizarre, ne leur donnez pas l’impression que leurs pensées ou actions sont « folles » ou dangereuses.

    Dans la plupart des cas, le TOC est accompagné par un ou plusieurs autres troubles, dont les suivants: dépression, attaques de panique et de phobie sociale, anorexie mentale, l’alcoolisme

  • Conseils de Base

    « Aidez en n’aidant pas » : La règle la plus importante à suivre pour aider un malade souffrant de TOC est de ne pas l’aider à accomplir ses rituels et ne pas apporter de réassurance aux obsessions. Plutôt que de choisir la facilité en entrant dans les rituels ou obsessions, la famille et le patient lui-même, doivent réaliser que la seule façon d’aider la personne, est de l’aider à ne pas accomplir ses rituels. Vous devez répondre à toutes les questions, mais ne répondez qu’une seule fois. Ensuite, dites seulement : « nous en avons déjà parlé » ou « tu connais la réponse », gentiment mais fermement. Puis, ignorez toute demande de réassurance. Changez de sujet. Rappelez-vous : réassurer, c’est renforcer le problème.

    L’hypnose médicale permet à l’inconscient du patient de recadrer la situation et de la reprogrammer.
    L’hypnose médicale  est très efficace car elle permet de travailler sur l’anxiété de même que sur les croyances et les comportements sous un angle différent.

Le médecin thérapeute

Déroulement consultations

Approche Originale

Me contacter

Consultation par skype

Dr. Philippe Demoulin

Lieu des consultations

Contactez-moi

Des questions ? Prendre rendez-vous ? Remplissez le formulaire

ou appelez-moi au +32 474 48 84 34

9 + 9 =

L’hypnose, outil de santé & d’épanouissement personnel

+32 474 48 84 34

info@hypnose-mons-bruxelles.be

MONS - BRUXELLES

Drève du prophète 8 – 7000 Mons
Boulevard Sylvain Dupuis 360 – 1070 Bruxelles